Publié le

Comparatif Traceurs gps Antivol Voiture

Parmi les différentes utilisations possible d’un traceur GPS, une des plus courantes consiste à équiper sa voiture pour pouvoir la retrouver notamment en cas de vol. Quand nous disons voiture, il peut tout autant s’agir d’un fourgon, d’un camping car, ou de tout véhicule à moteur.

Le traceur gps antivol voiture est parfois demandé par l’assurance pour pouvoir bénéficier d’une garantie vol. Dans ce cas, il est nécessaire d’avoir un traceur branché sur le système électrique du véhicule. Nous les appelons traceurs gps avec branchement, ou traceurs gps alimentés, par opposition aux traceurs gps autonomes.

L’assurance réclamera en général la facture d’installation du traceur. La facture d’achat seule n’est pas suffisante car elle ne prouve pas que le véhicule a été équipé.

Si le traceur n’est pas exigé par votre assurance, il vous est tout à fait possible d’utiliser un traceur autonome.

Certaines fonctions seront alors impossibles : la coupure moteur, l’alerte de mouvement contact coupé, l’alerte de débranchement ou l’alerte de mise en route du contact.

Il faudra aussi penser à recharger la batterie du traceur sans attendre que celle ci soit déchargée. Quel dommage en effet si le véhicule était volé alors que la batterie est presque vide : elle ne durerait peut être pas suffisamment longtemps pour pouvoir localiser le véhicule sereinement.

Pour ces raisons, nous pensons qu’un traceur gps alimenté est la solution la plus fiable et la plus complète. En outre, une fois installés ils ont l’avantage de fonctionner tout le temps, sans nécessiter aucune intervention. C’est pourquoi nous ne traiterons que de ceux là dans ce comparatif.

Il est à préciser que tous les traceurs gps que nous allons évoquer sont sans abonnement : ils nécessitent seulement une carte sim avec forfait sms. Une formule bien connue à 2€/mois est parfaite, et sera le seul coût à l’utilisation.

1- Traceur GPS antivol ATV 3G : le Must

traceur antivol véhicule

Disponible depuis seulement mi 2018, ce traceur est le plus complet sur le marché.

Voici les caractéristiques et fonctionnalités que nous avons particulièrement aimées :

  • Il est doté module GSM 3G, encore très rare sur les traceurs gps, lui permettant de profiter d’une couverture réseau meilleure qu’avec la 2G. Bien sûr, il fonctionne aussi sur les fréquences 2G.
  • sa batterie de secours interne prend le relais pendant environ 5h si l’alimentation (batterie de la voiture) est débranchée. Autant dire que ça laisse largement de quoi être averti et localiser le véhicule jusqu’à destination s’il est transporté sur un plateau.
  • un micro à dissimuler par exemple dans un montant de pare brise permet en cas de besoin, d’écouter ce qui se passe dans le véhicule. Pratique pour faire une levée de doute.
  • le bouton sos permet d’envoyer un sms discrètement aux numéros mémorisés en cas de problème. Le faisceau de ce bouton peut aussi se brancher sur une alarme classique si le véhicule en est équipé. Dans ce cas, chaque fois que l’alarme se déclenchera, le traceur enverra une alerte.

Cet ATV 3G propose aussi les fonctionnalités plus classiques, notamment :

– interrogation de position à tout moment avec visualisation sur l’application Google Maps,

– coupure moteur à distance,

– alerte si le véhicule se déplace contact coupé,

– alerte de zone géographique,

– alerte de mise en route et arrêt du contact

Prix de vente : 178,80€ TTC

Lien : /traceur-gps-antivol

2- Traceur GPS antivol ATV relais : l’essentiel à petit prix

Ce traceur gps antivol est assez surprenant par sa petite taille. Il dispose pour autant des fonctionnalités essentielles pour sécuriser son véhicule :

  • Demande de position
  • Coupure moteur
  • Alerte de mise en route contact

C’est le bon choix si on a besoin d’un traceur pas cher, efficace et simple à utiliser.

Son petit plus : il accepte une tension d’alimentation jusqu’à 90v, permettant de l’utiliser par exemple sur des vélos électriques.

Prix de vente : 120€ TTC

Lien : /traceur-gps-atv-relais

3- Traceur GPS antivol Moto ATM 3G : la plus faible consommation

Appelé Antivol moto, l’ATM 3G peut naturellement fonctionner sur une voiture ou un camion ou un engin de chantier.

Sa spécificité est d’être doté de composants électroniques lui assurant une faible consommation, moitié moindre de celle de l’ATV 3G ou de l’ATV Mini. Contact coupé il ne consomme ainsi que 16mAh.

Il est donc particulièrement intéressant pour l’installation sur un véhicule doté d’une batterie de faible capacité (le cas de la majorité des 2 roues), ou d’un véhicule qui ne roule pas souvent, comme un véhicule de collection.

Il est de plus étanche et très compact, ce qui est un réel atout sur les 2 roues ou sur des quads, très exposés aux intempéries.

sa batterie interne lui donne environ 5h d’autonomie, tout comme son grand frère l’ATV 3G.

Ses fonctionnalités principales sont :

– interrogation de position par sms avec visualisation sur l’application Google Maps,

– coupure moteur à distance,

– alerte de déplacement contact coupé,

– alerte de sortie de zone géographique,

– alerte de mise en route et arrêt du contact,

– alerte de débranchement batterie

Prix de vente : 159€ TTC

Lien : /traceur-antivol-moto-3g

Publié le

Comment fonctionne un Traceur GPS

Contrairement à certaines idées reçues, un Traceur GPS (aussi appelé balise gps ou tracker gps) n’est pas un mystérieux appareil relié à votre téléphone par on ne sait quel miracle. Certes, les positions sont généralement consultées depuis un téléphone, mais le lien s’arrête là. La réalité est finalement beaucoup plus simple.

Avant de voir comment marche un traceur gps, commençons par détailler comment il est fait.

Un Traceur GPS est composé :

– d’un récepteur gps (comme sur votre téléphone, ou comme sur le TomTom ou Garmin de votre voiture), qui lui permet de savoir où il se trouve. Pour plus de détails sur la localisation GPS, vous pouvez consulter notre article Comment fonctionne le GPS. Nous tenons à préciser que le GPS ne fonctionne qu’en réception, comme un autoradio. Il ne peut donc en aucun cas émettre ;

– d’un module de téléphonie mobile GSM, qui lui permet d’envoyer ses informations de position soit par SMS, soit par internet. Pour que cela fonctionne, il est indispensable que le traceur ait une carte SIM (puce téléphonique), exactement comme le téléphone que vous utilisez tous les jours. Sans carte sim, le traceur ne peut pas transmettre ses positions.

Il existe maintenant des traceurs GPS qui fonctionnent sur des réseaux spécifiques comme LoRa ou SigFox, ceux ci utilisent un module radio qui se connecte au réseau certes sans carte sim, mais la connexion n’est pas pour autant gratuite. Si on regarde sur les grandes marketplaces les avis sur ces nouveaux traceurs, on constate que les clients en sont majoritairement très mécontents, essentiellement pour des raisons de couverture réseau très insuffisante. Sans compter que les promesses concernant l’autonomie ne sont jamais tenues. C’est la raison pour laquelle nous ne proposons pas de traceurs fonctionnant sur LoRa ou Sigfox.

L’envoi des positions GPS :

Il convient donc de distinguer les 2 modes de transmission de données, SMS et internet, qui déterminent le service qui sera disponible pour l’utilisateur :

SMS : c’est le mode de fonctionnement du Tracker GPS AT1 MAX, Tracker GPS AT1New, Tracker AT3 3G, Tracker AT3+3G, Traceur GPS Antivol ATV 3G  et Traceur GPS antivol Moto ATM 3G.

Le traceur envoie l’information de position par sms, sur votre téléphone portable. Elle se présente sous la forme d’un lien cliquable qui ouvre l’application ou le site Google Maps. Il est donc nécessaire que le téléphone ait une connexion Internet pour visualiser la position du traceur sur la carte.

Les sms de position sont envoyés soit lorsque l’utilisateur le demande (en envoyant au traceur un sms spécifique), soit de façon automatique par exemple si le tracker est pourvu de la fonction détection de mouvement.

Ces traceurs fonctionnent partout dans le monde, à condition que la carte sim utilisée soit activée pour fonctionner à l’étranger.

Internet : c’est le mode de fonctionnement du Super Traceur et du Traceur GPS Pro 3G. Ces traceurs intègrent déjà une carte SIM un peu spéciale, qui permet de se connecter à internet partout en Europe et dans les DOM TOM depuis n’importe quel réseau (Orange, SFR, Bouygues ou Free pour la France)

Le traceur se connecte à Internet pour y envoyer ses informations. Il devient à la mode de dire que les informations sont envoyées “dans le Cloud”, alors qu’en réalité elles vont simplement sur un serveur internet, identifié par une adresse IP (l’adresse IP c’est comme le numéro de téléphone sur internet).

Donc les positions recueillies par le Traceur GPS partent via internet sur notre site de géolocalisation Wiselocate, au minimum toutes les minutes dès que le traceur bouge (Super traceur) ou dès que le contact est mis (Traceur GPS Pro 4G).

Ensuite l’utilisateur se connecte sur notre site Wiselocate avec son téléphone, tablette ou ordinateur , en utilisant un nom d’utilisateur et un mot de passe qui lui permet d’accéder aux données de son traceur, et de visualiser les positions en temps réel ainsi que tous les historiques.

Quel que soit le mode de transmission de données, il n’y a pas de notion de distance entre le traceur et votre téléphone ou ordinateur. C’est exactement comme lorsque vous envoyez un sms à quelqu’un, ou que vous allez sur Internet depuis votre téléphone : que vous soyez à côté de votre interlocuteur où à l’autre bout du monde, la communication fonctionnera de la même façon. Il en est de même pour la distance à laquelle se trouve le serveur dans lequel est hébergé le site internet que vous consultez.

Envie d’en savoir plus ? n’hésitez pas à consulter nos autres articles :

Publié le

3 critères pour choisir le meilleur traceur gps en 2021

Vous avez besoin de savoir ponctuellement où se trouve un véhicule, un objet, une personne, et éventuellement de pouvoir retracer tous ses déplacements.

En clair, il vous faut un traceur GPS.

Un vrai, quelque chose de sérieux. Pas un gadget bluetooth avec 50m de portée, ou une balise gsm avec une imprécision de plusieurs kilomètres, que les pubs racoleuses et mensongères sur Facebook ou autres nous proposent pour quelques dizaines d’euros.

Vous aurez le choix entre divers modèles afin de répondre à toutes vos envies et besoins afin de trouver le meilleur traceur GPS. C’est à vous de choisir vos options.

Il ne vous faut donc pas n’importe quel Traceur GPS, mais celui qui sera précisément adapté à votre besoin… et à votre budget.

Parce qu’il est difficile de choisir parmi la quantité d’offres de traceur Gps multifonctions qui vous sont proposées, nous avons créé ce guide afin de vous permettre d’y voir clair et de choisir LE meilleur Traceur gps pour votre besoin.

Avec la gamme de prix et la variété des fonctionnalités proposées par les constructeurs, il est donc important de prendre en compte tous les facteurs avant de choisir le meilleur GPS Tracker.

Pour ce faire, il existe de nombreux critères dont : dimensions, fonctionnalités GPS, sans GPS, autonomie, précision et réactivité, abonnements, sans abonnement et forfait.

Nous allons maintenant voir les 3 critères principaux qui devront vous guider pour affiner votre choix vers le produit idéal :

Choisir son traceur GPS : branchement sur le véhicule ou traceur autonome

Sans encore parler de fonctionnalités, le premier critère sera de savoir si votre traceur gps idéal

  • pourra être alimenté par la batterie du véhicule (auto, moto, engins de chantier, tondeuse autoportée, vélo électrique…). Nous les appelons traceurs avec branchement. C’est par exemple le cas de l’ATV 3G, notre Traceur GPS Antivol voiture.
  • ou s’il devra être autonome, c’est à dire disposer de sa propre batterie et donc pouvoir fonctionner sans aucun branchement externe.

Nous précisons que dans ce cas, la durée de fonctionnement ne sera pas infinie et nécessitera une recharge plus ou moins régulière de la batterie, à l’instar d’un téléphone portable.

Un traceur GPS avec branchement devra être branché sur le système électrique (la batterie) du véhicule. L’installation est assez simple mais nécessite quelques notions d’électricité auto, et il faudra peut être faire appel à un professionnel pour cela. Ces traceurs gps peuvent en revanche bénéficier d’options comme la coupure moteur, qui sont impossibles avec un traceur autonome.

<>Nos traceurs acceptent tous une tension d’alimentation de 12 et 24V, et certains comme l’AT-M peuvent même accepter jusqu’à 90 volts.

Précisons aussi que presque tous nos traceurs autonomes sont ou peuvent être munis d’aimants, afin d’être facilement fixés sur une surface métallique comme un châssis de voiture.

Le choix du traceur autonome se fera avant tout en fonction de l’autonomie dont vous avez besoin, donc du temps d’utilisation possible avant rechargement, qui peut aller sur nos modèles de 5 jours à plusieurs années suivant le modèle de traceur et son utilisation.

Notez qu’un traceur GPS alimenté est toujours moins cher que son homologue autonome, en raison des composants électroniques plus standards, ne nécessitant pas une grande miniaturisation ni une gestion d’énergie très pointue.

Envoi de positions par SMS ou par Internet vers un site de géolocalisation ?

Une fois décidé du mode d’alimentation du traceur, on s’intéresse à la façon dont il va envoyer ses positions.

3 possibilités existent :

  • Le SMS. Le traceur devra être muni d’une carte sim avec forfait envoi de SMS et communiquera avec votre téléphone par SMS. Il est conseillé d’avoir un abonnement sms illimités. Les positions seront généralement envoyées par le traceur gps voiture sur demande, et seront visualisées sur l’application gratuite Google Maps.

La plupart de nos traceurs ont une fonction d’alerte de mouvement, permettant de recevoir un sms de position à intervalle régulier dès que le traceur est en mouvement, généralement toutes les 5 minutes. Il n’est pas possible d’avoir un historique hormis les sms reçus en temps réel et conservés sur votre téléphone.

Ce mode de fonctionnement convient parfaitement lorsqu’on souhaite rester sur un budget restreint, et que l’on n’a pas besoin d’un suivi automatique chaque minute.

Il ne nécessite aucun abonnement mensuel chez mouchardgps.fr. Le seul coût à l’utilisation est celui de la carte sim que vous aurez choisie, nous conseillons les forfaits à 2€ par mois qui sont parfaitement adaptés. Les cartes prépayées sont également utilisables.

  • Internet, avec le site de géolocalisation. Au lieu d’envoyer des sms, le traceur gps se connecte à internet et envoie ses positions sur notre site de géolocalisation Wiselocate5, au minimum toutes les minutes dès qu’il bouge.

Il suffit donc de se connecter sur le site depuis un ordinateur ou un smartphone, pour voir le véhicule se déplacer en temps réel sur l’écran et obtenir tous les historiques de déplacement avec les itinéraires empruntés, les temps de route, les adresses et les temps d’arrêt, vitesses, pouvoir paramétrer toutes sortes d’alertes et obtenir des rapports d’activité détaillés.

C’est la solution professionnelle choisie par les entreprises mais également accessible aux particuliers et à tous ceux qui veulent avoir une traçabilité totale des déplacements.

Cette solution nécessite un abonnement pour les communications internet (carte sim fournie et intégrée) et l’accès au site de géolocalisation gps. Elle est globalement plus coûteuse que le SMS.

  • Enregistrement des positions, sans envoi : C’est ici le cas très particulier du Mouchard GPS 770, qui n’a pas de carte sim, donc aucun moyen d’émettre une position géographique à distance. Il enregistre les déplacements dans sa mémoire, et les restitue en le branchant sur un ordinateur, grâce au logiciel fourni.

Avantages : l’intégralité des trajets est restitué, comme un traceur gps internet avec Wiselocate ; il n’y a strictement aucun coût à l’utilisation ; sans carte sim le mouchard est indétectable.

Le 770 est autonome mais est aussi conçu pour être branché sur une prise allume cigare.

Notez que dans notre gamme, nous proposons le fonctionnement par sms ou internet autant avec les traceurs autonomes que les traceurs alimentés.

Plus d’information sur : https://www.mouchardgps.fr/comment-fonctionne-un-traceur-gps

2G, 3G ou 4G ?

De nombreux pays abandonnent progressivement la 2G, dont la faible vitesse de transfert n’est plus adaptée à la majorité des usages. Ainsi, la Suisse n’a plus de 2G en 2021. Le 2è plus gros opérateur GSM aux Etats Unis (AT & T) a déjà coupé la 2G début 2017. L’australie, le Québec, Singapour et bien d’autres sont entrain d’en faire de même.

En France il reste encore beaucoup de terminaux fonctionnant en 2G, la disparition complète n’est donc pas encore programmée. En revanche, de nombreuses antennes sont converties en 4G ou 5G, avec pour conséquence une baisse très marquée de la couverture 2G, même en ville, et l’apparition de nombreuses zones blanches.

Si vous souhaitez vous servir longtemps de votre GPS Traceur, il paraît judicieux d’investir dans un modèle 3G ou 4G, qui en plus de garantir une pérennité d’utilisation, bénéficie d’une meilleure couverture réseau que la 2G. Le petit supplément de prix par rapport au 2G sera vite amorti.

En résumé :

  • Autonome ou alimenté ;
  • Envoi de positions par sms vers votre téléphone, par Internet vers Wiselocate5 ou enregistrement des positions dans la mémoire du mouchard ;
  • Réseau 2G, 3G ou 4G

Une fois que vous aurez déterminé quels critères devra rassembler votre futur traceur gps, il sera beaucoup plus facile de faire votre choix.

Il suffit maintenant d’aller dans la catégorie Traceurs GPS autonomes ou Traceurs GPS avec branchement 12/24v

et d’utiliser les filtres pour trouver VOTRE meilleur traceur gps qui vous accompagnera en 2021.

Envie d’en savoir plus ? n’hésitez pas à consulter nos autres articles :

Publié le

L’internet mobile, du GPRS à la 4G

Le GPRS, abréviation de General Packet Radio Service, correspond à une évolution du GSM (le réseau qui permet de téléphoner avec nos téléphones portables), et permet de se connecter à internet depuis son mobile. C’est la 2G.

Parfois confondu avec le GPS, le GPRS n’a donc strictement rien à voir avec le système de positionnement par satellite.

Le lancement chez les principaux opérateurs s’est fait en 2001, à l’époque c’était magique… et cher ! Le débit était dans la pratique d’environ 20kbits/seconde, c’est à dire 1500 fois moins rapide que la 4G. Cette norme est encore utilisée pour nos traceurs gps, qui nécessitent très peu de débit.

Le GPRS a ensuite évolué pour avoir de plus en plus de débit, avec le Edge (65kbit/sec) puis ensuite la 3G avec d’abord l’UMTS (384kbit/sec), la 3G+ ou HSPA, qui permet un bond fulgurant des débits avec 3,6Mbit/sec, puis H+ (5 Mbit/sec) et enfin 4G (30Mbit/sec), lancée en 2013.

Le débit internet sur téléphones portables a donc été multiplié par 1500 entre le GPRS et la 4G, en l’espace de 12ans. Autrement dit, en 1 seconde la 4G permet de charger un contenu qui demanderait 25 minutes avec le GPRS !

Pour autant, la 2G (GPRS et Edge) reste encore très majoritaire sur les traceurs GPS pour plusieurs raisons :

– leur débit est largement suffisant pour le volume de données à transmettre (un envoi de position avec le Traceur GPS Pro ou le Super Traceur fait environ 0,15Kbit)

– un module 2G est 30% plus petit qu’une module 3G

– la 2G consomme moins que la 3G

– le prix des modules 2G est plus faible que celui des modules 3G


L’inconvénient majeur (oui, tout n’est pas tout rose…) est que les antennes 2G en fin de vie sont peu à peu remplacées par les antennes 3G et 4G, ce qui fait que la couverture réseau est en diminution, et à terme nous devrons utiliser des modems 3G, en espérant que leur taille et leur consommation auront baissé, ce qui est capital pour les traceurs autonomes (Super Traceur et Super Traceur antivol).

Envie d’en savoir plus ? n’hésitez pas à consulter nos autres articles :

Publié le

Comment fonctionne le GPS

Qu’est-ce que le GPS ?

Vous découvrirez dans cet article le fonctionnement du système GPS.

Le GPS « Global Positioning System » est un système de positionnement par satellites créé par les Américains pendant la Guerre Froide. Opérationnel depuis 1995, sa précision pour les civils était volontairement dégradée autour d’une centaine de mètres.

Ce n’est qu’en mai 2000 que le président Clinton a décidé de laisser libre accès à la précision maximale qui est de 5 à 10 mètres, et a du coup ouvert la voie à la commercialisation de nombreux types de récepteurs gps pour des usages les plus variés…dont nos traceurs gps.

A quoi sert un GPS ?

Le plus souvent utilisé comme moyen de guidage, le GPS permet de se situer dans l’espace afin de trouver sa route pour aller d’un point A à un point B.

Il sert également dans l’agriculture afin d’optimiser le nombre de passages lors de l’épandage d’un engrais par exemple, ce qui évite notamment de repasser deux fois au même endroit (gain de produits, de temps et de carburant). Le fonctionnement GPS dans ce cas nécessite des stations au sol pour améliorer la précision.

Dans le domaine maritime ou l’aviation, il permet également, avec d’autres systèmes, de guider les appareils. Aujourd’hui, le champ d’application du système de géolocalisation par satellites a littéralement explosé.

Comment fonctionne le GPS ?

La constellation gps est constituée d’au moins 24 satellites, situés à 20184 km d’altitude, et faisant le tour de la terre en 12h. 5 stations au sol se chargent de gérer l’alignement parfait des satellites sur leur trajectoire et de définir les erreurs possibles.

Pour définir une position dans l’espace, il faut trois coordonnées (x, y et z). Les données GPS intègrent également une quatrième variable : le temps. Il faut donc quatre satellites munis d’horloges atomiques pour obtenir une position, ainsi qu’un récepteur GPS qui va décoder et calculer les signaux reçus. La précision des meilleures horloges atomiques se compte en milliardièmes de secondes, autrement dit il faudrait 160 millions d’années pour perdre une seconde de précision.

Le principe de fonctionnement du système de positionnement américain repose sur la triangulation.

Avant toute chose, il faut savoir que chaque satellite émet une onde électromagnétique de vitesse connue. Cette onde, porteuse d’un code « pseudo-aléatoire », est émise à un temps bien déterminé. Le récepteur calcule ensuite le temps de transmission, c’est à dire le temps nécessaire pour que son signal (qui est porteur du même code pseudo-aléatoire) soit en phase avec le signal émis par le satellite. En multipliant ce temps par la vitesse, il obtient donc la distance qui le sépare du satellite.

A l’issue de ce calcul, le récepteur dispose d’une première information : il se trouve sur un cercle centré sur le satellite. En répétant cette procédure avec un deuxième satellite, il peut à nouveau se situer sur un second cercle centré sur le deuxième satellite. En réitérant l’opération une troisième fois et en cherchant la zone d’intersection entre ces trois cercles, on obtient la position sur la Terre. Le quatrième satellite permet de déterminer le décalage entre l’heure du récepteur gps et l’heure exacte fournie par les satellites, pour affiner la position. Plus le nombre de satellites captés sera important, meilleure sera la précision.

L’extraordinaire précision des horloges atomiques est indispensable, car une erreur d’un millième de seconde dans le calcul du temps de transmission entrainerait une erreur de positionnement de 300 km !

En pratique, le calcul de distance suppose de connaître avec précision la position des satellites. Pour cela, chaque satellite envoie régulièrement sa position théorique à une station de contrôle capable de déterminer l’erreur de positionnement. Cette correction est ensuite renvoyée au satellite qui pourra transmettre l’information au récepteur qui lui-même pourra en tenir compte dans ses calculs.

Les limites d’utilisation

Le signal transmis par les satellites est assez faible, et ne traverse pas les bâtiments ni le métal.

De plus de nombreux facteurs peuvent dégrader le signal et donc la précision : une météo humide, la présence de bâtiments ou de montagnes, une forêt, des éruptions solaires.

Le positionnement GPS n’est donc pas infaillible, mais c’est un outil extraordinaire qui nous rend de nombreux services, et dont nombre d’entre nous aurait bien du mal à se passer.

Envie d’en savoir plus ? n’hésitez pas à consulter nos autres articles :

Publié le

Les traceurs GPS sont-il légaux ?

Traceur GPS et législation

Que ce soit pour surveiller à distance sa flotte de véhicules, sécuriser des biens ou des personnes ou lutter contre le vol : les traceurs GPS trouvent leurs applications dans de nombreux domaines. Mais comme tous les équipements, ils peuvent être utilisés à des fins moins louables, voire même totalement illégales. Quelles est alors la législation en matière d’utilisation de trackers gps ? Pister les déplacements des salariés, est-ce légal ? Quelles sont les limites légales des traceurs GPS ?


La géolocalisation : un système encadré par la loi


L’utilisation des balises GPS en entreprise est régie par les lois sur la protection de la vie privée, et noptament par l’article 6.2 de la loi du 6 Janvier 1978 modifiée qui stipule que des données ne peuvent être saisies que « pour des finalités déterminées, explicites et légitimes ». La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a également rédigé une recommandation le 16 mars 2006 qui précise une liste de finalités rendant légal l’usage d’un traceur GPS sur véhicule. S’il est installé pour la propre sécurité du conducteur, des marchandises ou du véhicule, son utilisation est légitime. De même si son objectif est d’optimiser des trajets pour gagner du temps, de l’argent ou simplifier l’itinéraire du conducteur. La géolocalisation peut enfin être utilisée pour suivre et facturer une prestation, ainsi que pour déterminer le temps de travail (en vue d’une rémunération). En revanche, collecter des informations privées en surveillant à son insu une tierce personne majeure est illégal (y compris au sein de sa propre famille). Cela constitue une atteinte à la vie privée passible d’une condamnation pénale.


Les limites et obligations de l’employeur


Se servir d’un traceur GPS peut présenter de nombreux avantages, mais l’étendue de ses possibilités laisse parfois le champ libre aux dérives. Rappelons donc qu’espionner un salarié sans son consentement est formellement interdit. De plus, un employeur qui aurait posé une balise sur un véhicule de fonction utilisé par un employé à des fins privées n’a le droit de collecter les données du traceur que pendant les heures de travail. Bien évidemment, la balise GPS ne peut être utilisée comme moyen pour contrôler la vitesse et encore moins pour sanctionner l’employé qui aurait commis une infraction au Code de la Route. Avant de pouvoir faire usage de ce genre de dispositifs, il faudra également prendre en compte quelques obligations légales. Ainsi, l’employeur est tenu de faire une déclaration à la CNIL qui sera seule à juger du bien-fondé des finalités. L’information réglementaire des salariés est aussi un devoir qui ne doit pas être pris à la légère.


L’utilisation de balises GPS en milieu professionnel est donc soumise à quelques règles de bon sens. Notons, à titre informatif, qu’une amende de 300 000 euros et cinq ans de prison sont prévus pour toute personne faisant usage de traceurs hors du contexte d’application autorisé par la loi.

Envie d’en savoir plus ? n’hésitez pas à consulter nos autres articles :

Publié le

Tout savoir sur les Cartes SIM

Les cartes SIM

En 1974, Roland Moreno invente la carte à puce et dépose son premier brevet dans la foulée. Il faudra toutefois attendre huit ans avant que les banques, la RATP et d’autres entités ne soient convaincues par ce nouveau dispositif de stockage des informations. Utilisées aujourd’hui dans les cartes de crédit ou encore les téléphones portables et bien sûr les traceurs gps, les cartes SIM (Subscriber Identify Module) sont dotées d’un microcontrôleur et de mémoire. Elles contiennent non seulement le numéro unique qui permet à un réseau mobile UMTS, GSM ou LTE d’identifier l’abonné (l’International Mobile Subscriber Identity IMSI) mais aussi celui de l’opérateur mobile qui a créé la carte. Ce dernier est constitué du code pays sur trois chiffres (Mobile Country Code MCC) et du Mobile Network Code MNC qui permet d’identifier de façon claire le réseau d’un opérateur de téléphonie mobile.

4 formats de carte SIM

La carte à puce se décline sous quatre formats. Le format ID-1 (Full size SIM) ne convient pas pour les téléphones mobiles. C’est celui des cartes bancaires. Ensuite vient le format ID-0000, appelé aussi Plug-in UICC, 2FF, Mini SIM ou Standard SIM. C’est la carte à puce classique des téléphones portables GSM ou UMTS. C’est celle qui est utilisée sur nos tracker GPS AT1 et AT2, et nos Traceurs GPS antivol ATV et ATM.

En réduisant encore davantage la taille, on retrouve le format Mini-UICC, autrement appelé 3FF ou Micro Sim. Ce type de cartes SIM s’insère dans la plupart des smartphones récents. C’est le format utilisé dans nos Super Traceur et Super Traceur Antivol.

Enfin, le format 4FF ou Nano SIM est encore plus petit. Proposées par Apple, ces cartes équipent par exemple les iPhone 5 et le Nokia Lumia 1520.

Un stockage d’informations protégé

Les cartes SIM sont protégées par un code PIN (Personal Identification Number). Composé d’au moins 4 chiffres, ce dernier protège les informations du téléphone en le bloquant au bout de trois tentatives de codes erronés. Dans certains cas, il suffit d’attendre la fin du compte à rebours pour tenter à nouveau sa chance. Dans d’autres, il faut soit remplacer la carte SIM, soit saisir le code PUK (PIN Unlock Key) qui permettra de débloquer le mobile. Cette clé de déblocage de code PIN est un code à 8 chiffres qui réactive un code PIN désactivé. Le désimlockage est un peu différent puisqu’il s’agit de débloquer un téléphone mobile d’un opérateur donné afin de pouvoir l’utiliser avec une carte SIM d’un autre opérateur. L’abonné doit alors se renseigner auprès de l’opérateur de son mobile, muni du numéro IMEI, afin d’obtenir le code de désimlockage.

Les différents types d’abonnement

Le plus connu est l’abonnement par forfait qui consiste à souscrire à une formule avec une offre précise (par exemple 2h d’appel, sms, mms illimités et 20Go de data). Des variantes apparaissent quant à la consommation totale du crédit. Suivant l’offre choisie, l’opérateur peut compter en supplément tous dépassements ce qui rend la facture généralement salée à la fin du mois, ou bien bloquer les services grâce à un forfait bloqué. Autrefois, la consommation totale des appels entraînait le blocage complet (y compris l’envoi de sms). Aujourd’hui, les services bloqués sont exclusivement ceux pour lesquels il n’y a plus de crédit alloué.

La plupart des clients se tournent toutefois vers des abonnements sans engagement car moins contraignants. Les forfaits classiques forcent en effet l’abonné à rester fidèle à l’opérateur pendant généralement deux ans. Résilier le contrat avant l’échéance de la période d’engagement reste possible mais coûteux. Le forfait sans abonnement apparait donc comme une bonne solution pour garder sa liberté et pour faire facilement jouer la concurrence.

Même si elles connaissent un succès de moins en moins marqué, les cartes SIM prépayées ont un avantage certain par rapport au forfait classique puisqu’elles permettent de mieux contrôler ses dépenses. En effet, le crédit est payé avant d’être consommé. Une fois épuisé, il peut facilement être rechargé.

Enfin, on note également l’abonnement MtoM (Machine to Machine) qui offre la possibilité d’établir un contact avec un parc de machines, tout en réduisant ses coûts, ses délais et en améliorant sa productivité. Les cartes SIM MtoM s’adaptent à tous les nouveaux outils connectés, et particulièrement à nos traceurs gps

Le roaming

Autrement désigné par « itinérance », le roaming permet à un abonné d’utiliser les services de téléphonie mobile de réseaux différents du sien si son propre opérateur ne couvre pas la zone dans laquelle il se trouve. Le cas se présente généralement lorsque l’utilisateur se rend à l’étranger. Il faut savoir que les frais d’itinérance seront interdits dans l’UE à partir de juin 2017. La décision a été prise par le Parlement Européen fin octobre de cette année.

Envie d’en savoir plus ? n’hésitez pas à consulter nos autres articles :